Tada! Le printemps est arrivé à New York! Tongs, grillades, bières … et pollen! Mon meilleur ami s’appelle Clarityne, même si ce n’est pas ce qu’il y a de plus efficace. Je me surprends la nuit à rêver d’une injection de Kenacort 80 dans la fesse gauche. Allez, quelques semaines à tenir le coup et puis ça ira mieux.

J’aurais voulu écrire plus tôt pour vous parler du tournage d’ Immortality, mais j’ai des petits soucis orthopédiques. En effet, mes 20 heures hebdo dans un labo d’informatique + le piano + le blog + mon dernier site internet marathon m’ont affaibli le poignet droit et ça sent le syndrome Canal Carpien 😦 J’ai donc acheté un support de poignet qui se fixe sur l’avant bras et j’essaie de limiter mon temps devant un clavier (PC ou piano … snif …).

Ca y est j’ai fini de me plaindre! On peut passer aux trucs marrants. Donc. Le tournage. Ca s’est bien passé, merci. On a débuté à 18h00 et j’ai quitté le plateau à 3h du matin. C’était assez intense et super amusant. Mon costume était mortel, sans mauvais jeu de mots:

immortality2.jpg

La faux en arrière-plan était véritable! Et je n’avais quasiment aucune visibilité … un danger ambulant! L’éclairage était bien sûr très étudié et j’ai dû jouer une scène sous un spot de j’sais-pas-combien-de-Watts-sa-mère et j’ai perdu deux litres d’eau! C’était assez impressionnant. Ils avaient du matos de pro et déjà des réflexes bien établis. Les débuts de scènes surtout lorsque la réalisatrice communique avec tout le plateau: « Silence sur le plateau … son ok? … caméra ok? … Immortality, scène 1D, prise 2 … clap! … action! » à prononcer akcheune 🙂 .

immortality11.jpg

Il n’y avait qu’une caméra numérique sur le plateau et on a donc dû tourner le film trois fois. Un master de toute la scène dans un cadrage large, deux gros plans sur les deux comédiens, et des scènes raccords. Enfin, pour terminer, nous avons enregistré le texte seul pour avoir une source de qualité pour le montage.

Même si tout était plus ou moins prévu, il y avait également beaucoup de place pour l’improvisation. Mon personnage devait déplacer les pions sur l’échiquier (nous rejouions l’immortal game, qui apparaît également dans Blade Runner, etc …), mais de faux doigts squelettiques avaient été scotchés sur mes vrais doigts et il était impossible de me servir de mes mains. Jay, le perchman au crâne rasé est également illusionniste à ses heures et il nous a donc peaufiné des effets spéciaux à base de fil transparent pour que les pions bougent tout seuls! J’ai hâte de voir le rendu sur un écran.

 

immortality3.jpg

Caterina Colombo, l’auteur & réalisatrice

Le montage est terminé, le mixage son doit avoir lieu la semaine prochaine et j’espère pouvoir bientôt offrir un lien vers le film complet (environ 7 minutes) sur ce blog!

Revenez donc bientôt 😉

Portez-vous bien.

T

The Faces – Ooh la la (B.O. Rushmore, Wes Anderson)

Publicités