You are currently browsing the category archive for the ‘Vidéos’ category.

Une brève pause. 4 jours. Enfin, une pause relative. Il faut que je commence à écrire un papier de 10 pages sur la Messe Glagolitique de Janacek et le panslavisme.

Aujourd’hui c’est la Thanksgiving. La fameuse Thanksgiving. L’un des rares jours où les américains font un effort conscient pour s’asseoir à une table et manger ensemble. Et la plupart du temps ils trouvent ça génial et se demandent pourquoi ils ne le font pas plus souvent. C’est une fête très importante. Plus que Noël (surtout si vous etes juif). Les gens sont généralement très généreux et invitent les gens comme moi qui sont loin de leur famille. Cette année, l’âme charitable qui m’a propose n’est autre que mon prof de composition. Je suis profondément touché et j’ai hâte de passer un moment avec lui, son épouse, et d’autres élèves (?), amis (?). J’ai pour l’occasion acheté une bonne bouteille de Medoc, du thé Mariage (un clin d’oeil), du nougat de Montélimar et du chocolat belge Dolfin (au poivre rose, au gingembre et aux écorces d’orange … excellente marque). L’heure de l’invitation me laisse perplexe (comme souvent ici): 14h. Hmmm. C’est pour le café?!

A part ça, il fait exceptionnellement doux à NY. Le réchauffement de la planète a du bon. Toujours pas de neige, peu de pluie. Je dors bien souvent avec la fenêtre entrouverte.

Voila pour des nouvelles très brèves. Je vous laisse avec l’aria et les 7 premières variations Goldberg de Bach par l’unique et toujours inspirant Glenn Gould.

Prenez-soin de vous et des autres,

T

Publicités

Vous avez 7 min 18 devant vous? Moi j’ai toujours 7 min 18 pour Chet Baker …

Je n’ai pas vu la cérémonie à la télé, mais on m’a vite recommandé de regarder la version marching band de 15 steps, single issu du dernier album de Radiohead, In rainbows. A visionner avant que les avocats ne s’en mêlent!

Pour les curieux et ceux qui ne l’auront pas entendu, c’est du rock en 5/4. Merci Radiohead.

T

Sir Benjamin Britten

Ce dimanche matin, je me suis levé tôt et j’ai passé un bon moment avec Britten. J’écris plusieurs pièces pour hautbois solo (en guise d’exercice) et les 6 Métamorphoses d’après Ovide de Britten sont un modèle inégalable. Je ne résiste pas à partager avec vous 2min de beauté.

« Pan »

Les cinq autres sont egalement disponibles sur YouTube, du même interprète.

J’essaye tant bien que mal de maintenir mes résolution. Voici donc un nouvel article.

L’actualité est très chargée aux États-Unis, avec l’investiture, hier, de Barack Obama (un nom que mon logiciel de reconnaissance vocale a du mal à traiter. En effet, il s’entêtait à me donner : bars à convaincre, barrage au baba, … ) Comme beaucoup de gens ici et dans le monde entier, je suis très heureux du résultat des élections. Je n’ai rien écrit sur la soirée électorale, car j’étais dans ma chambre en train de finir mes devoirs. J’ai beaucoup regretté de ne pas être dans la rue, ou dans un bar, où la ville entière fêtait ça. Cerise sur le gâteau, j’ai loupé le discours d’investiture car j’étais dans le métro pour aller à l’école. L’université organisait pour l’occasion une séance de visionnage dans le lobby principal, avec distribution gratuite de café et du biscuit ! Je n’ai vu personne travailler dans l’université. Mon collègue de travail était branché sur CNN toute l’après-midi. La seule immersion dans la liesse populaire est ma participation, hier soir, à un bal inaugural. Un groupe d’amis organisait un bal pour ceux qui n’avaient pas pu aller à Washington D.C. j’ai pris quelques photos, que je posterai dès que j’ai développé le film.

Comme je vous l’annonçais dans mon dernier article, j’ai eu un week-end assez artistique. Il a débuté vendredi soir à un vernissage dans la galerie Derek Eller où était exposée une nouvelle installation de Peter Caine. Je ne connaissais absolument pas d’artiste, et j’y allais totalement au pif. Je n’ai pas été déçu ! L’installation s’appelait Portable Igloo, et mettait en scène un yéti, un bonhomme de neige déguisé, un extraterrestre, un couple de chimpanzés robots, etc. j’ai pris quelques photos:

L'igloo de l'exterieur

L'igloo de l'exterieur

Et à l'interieur

Et à l'interieur

Pas de petits fours, mais un pack de Budweiser à l’entrée, dans une caisse, par terre. Beauf is the new chic. Je vais essayer de faire un vernissage ou une exposition par semaine. Si l’on considère le nombre de galeries dans Chelsea, ça ne devrait pas être un problème !

Je n’ai pas pu aller à la lecture de poésie car mon cours de français a duré plus longtemps que prévu. L’événement suivant était donc le concert de mon ami Jeremiah. Il présentait sa dernière pièce à Monkey Town (nom familier). Cette pièce est également sa thèse de maîtrise. Assez proche de la musique concrète (c’est le terme que mon ami emploie … je ne suis pas d’accord, mais je le cite!) de Steve Reich, surtout dans Different Trains, il a emprunté des dialogues à une multitude de films qui ont remporté un Oscar et les a montés en musique. Le tout était accompagné d’une vidéo est un quatuor à cordes. Le résultat, au carrefour de la musique de film et de la musique contemporaine (je sais, musique contemporaine c’est assez vague !) était assez convaincant. À la demande de mon ami, j’ai filmé la performance qu’il postera certainement sur You Tube. Ci-dessous, la vidéo d’une de ces pièces précédentes, un au revoir prématuré à George W. Bush (Georges Dalloz Ubu touche … ah … la poesie des ordinateurs):

Je n’ai pas assisté non plus au deuxième concert que j’avais prévu, Gretchen était malade et nous sommes restés chez moi à regarder des films sur Internet. Je me suis abonné à Netflix, un site de location de DVD par correspondance. Pour environ neuf dollars par mois, je peux louer ou visionner autant de films que je veux. Leur catalogue est assez impressionnant, et 12 000 titres sont visionables directement sur le site. Dès que j’ai fini de regarder un film, je le leur renvoie dans l’enveloppe prepayée. Je commence par la nouvelle vague, avant de m’attaquer aux réalisateurs italiens et japonais …

Voilà pour aujourd’hui. Comme le comme vous le voyez, on vit très bien en dessous de zéro Celsius !

À bientôt,

Thomas

Il semblerait que je ne me couche pas a 2h du matin ce soir, je prends donc un moment pour blogger. Je ne suis pas aussi présent que je le voudrais, et c’est en partie du a mon Dragon (fabuleux logiciel de dictée) qui a décidé de me planter. Aouch. Retour au clavier.

Mes dernières semaines sont passées vite, à profiter de mes parents, à étudier beaucoup et composer. Il me reste un tiers du dernier mouvement de ma « suite orchestrale » à finir pour vendredi. Ça devrait le faire.

J’ai commence a travailler sur la lecture que je dois donner à Hunter en guise d’introduction au dernier opéra de John Adams: « Dr Atomic« . L’opéra traite des derniers jours avant le premier test de la bombe atomique en juillet 1945 à Los Alamos (le Trinity Test). Le personnage central est bien sûr Robert Oppenheimer. L’enseignante qui anime la classe dans laquelle je dois intervenir m’a obtenu un billet pour une lecture-débat ce lundi en presence du compositeur. Mon amie Sarah qui travaille pour Boosey and Hawkes, l’éditeur d’Adams me l’a présenté. Il y a quelques mois c’était Steve Reich … sympa Sarah! C’est un homme chaleureux, accessible, incroyablement cultivé, drôle, avec une fibre morale exceptionnelle. Ah, comme on a besoin de gens comme lui aujourd’hui …

Enfin, pour clore le chapitre Adams, mon pote Roy m’a eu une place pour la générale de l’opéra demain matin au MET! Je vais donc le voir gratuitement! Pour ceux qui ne connaissent pas Adams, c’est l’un des compositeurs contemporains les plus respectés aux US (et dans le reste du monde – il a notamment composé Nixon in China). D’obédience (presque) minimaliste, il a transcendé le style pour trouver une voie unique. C’est l’un des meilleurs compositeurs contemporains de « la voix », à mon sens.


John Adams – Doctor Atomic: « Batter My Heart »
De Nederlandse Opera
Muziektheater, Amsterdam, Juin 2007

A part ça, mon projet d’opéra n’a pas obtenu le financement escompte, même si le département Musique m’encourage vivement a en poursuivre l’écriture. Il y a des chances que je me garde le projet sous le coude pour le transformer en ma Thèse de Master. Dans l’attente, il y a de fortes chances que j’écrive un cycle de melodies pour mon ami contre-tenor.

Egalement à suivre, un court métrage pour lequel je devrais signer la partition … c’est tout chaud … c’est d’aujourd’hui. Il faut que je rencontre l’auteur/rea + producteur (les gens avec lesquels j’avais travaillé l’an dernier  sur Immortality).

Voilà pour des nouvelles brèves. Je vais essayer de me reposer un peu. Je dois finir ma pièce demain. Le plus dur va certainement de lui donner un titre!

A bientôt,

T

PS: « Adieu mégaphones, adieux calicots,
Adieu représentants syndicaux!
A moi le soleil et le calypso,
L’ananas, la noix de coco
. »

Alain Souchon

Je ne peux toujours pas taper des masses et je prends du retard dans mon blog 😦

Pour vous faire patienter, un reportage transmis par mon amie Carole:

🙂

Souvenir d’une répétition il y a dix jours de cela. Nous  travaillons sur la pièce de Roy et avions besoin de décompresser 🙂

C’est marrant d’être sur You Tube pour un truc aussi débile que ça!

En préparant la soirée de vendredi, j’ai passé du temps sur internet et la vérité m’est apparue. Souvenez-vous d’Interstella 5555, pendant visuel de l’album Discovery de Daft Punk réalisé par Leiji Matsumoto (Albator, …): vision futuriste-rétro, vaisseaux spatiaux, sauvetage, etc …

Ajoutez à cela la tête habituelle des deux musiciens:

Daft Punk

Maintenant faîtes la somme … et vous avez:

Rondo Veneziano!

Je sais ça va en choquer plus d’un mais c’est ça la vérité. C’est tout nu, poilu et ça fait mal.

Je suis dégoûté … ils ont tout pompé 😡

Bonjour!

Voici la vidéo du premier devoir de composition. Ça parait simple et ça l’est car le cadre était assez rigide: rondes, blanches, noires ou croches – pas de liaison – pas d’accords – pas de modulation – en Majeur ET Mixolydien (ici en Do majeur avec Si b donc) – min 25 mesures.

Le morceau s’appelle: While the Caliph is away (An old Ottoman dance), en francais: Tandis que le Calife est absent (une vieille danse Ottomane).

Cliquez ici.

Merci à Roy Vanegas pour la vidéo.