Un petit article pour annoncer la mise en ligne de ma première « pige » pour Classiqueinfo.com:

http://classiqueinfo.com/spip.php?article361&lang=fr

C’est mon ami Pierre qui m’a mis en contact avec eux et je lui en suis tellement reconnaissant!

De son côté, il est le président de la nouvelle Association des amis de Samuel Barber dont je viens de finir le site ce dimanche:

http://www.samuelbarber.fr

Pour en savoir plus sur le compositeur de l’Adagio pour cordes dont on fêtera le centenaire l’an prochain.

Bonne lecture donc!

T

Publicités

Je n’ai pas vu la cérémonie à la télé, mais on m’a vite recommandé de regarder la version marching band de 15 steps, single issu du dernier album de Radiohead, In rainbows. A visionner avant que les avocats ne s’en mêlent!

Pour les curieux et ceux qui ne l’auront pas entendu, c’est du rock en 5/4. Merci Radiohead.

T

Sir Benjamin Britten

Ce dimanche matin, je me suis levé tôt et j’ai passé un bon moment avec Britten. J’écris plusieurs pièces pour hautbois solo (en guise d’exercice) et les 6 Métamorphoses d’après Ovide de Britten sont un modèle inégalable. Je ne résiste pas à partager avec vous 2min de beauté.

« Pan »

Les cinq autres sont egalement disponibles sur YouTube, du même interprète.

Oui, ça fait 43. Ce n’est pas le nombre de pancakes que je me suis envoyés cette semaine, mais le logo du 43eme Superbowl. Pour ceux qui ne le savent pas, le Superbowl est l’apothéose de la saison de football américain (le deuxième sport le plus ennuyeux après le Twirling). Je suis devant la télé a l’heure ou j’écris et le spectacle a déjà commencé (bien que le match ne soit que dans 6 heures !) : reportages, documentaires et les fameuses publicités conçues pour l’occasion. Beaucoup de trompettes et timbales pour accompagner tout ça (dans un style faux-Copland, ultra patriotique).

Le match cette année opposera les Pittsburgh Steelers aux Arizona Cardinals. L’autre clou du spectacle est le set de Bruce Springsteen pendant la mi-temps.

Les billets se sont arrachés a $ 2,000 sur eBay et j’ai l’impression que les Etats Unis en ont bien besoin. En effet, je viens de lire sur un autre blog que 46 des 50 états pourraient être banqueroute dans les mois qui viennent. Le moral n’est pas au plus haut, mais réjouissons-nous car Obama est arrivé et quelle meilleure manière de commémorer ce moment que d’acheter une « assiette de la victoire » ?

Restez au chaud.

~Thomas

J’essaye tant bien que mal de maintenir mes résolution. Voici donc un nouvel article.

L’actualité est très chargée aux États-Unis, avec l’investiture, hier, de Barack Obama (un nom que mon logiciel de reconnaissance vocale a du mal à traiter. En effet, il s’entêtait à me donner : bars à convaincre, barrage au baba, … ) Comme beaucoup de gens ici et dans le monde entier, je suis très heureux du résultat des élections. Je n’ai rien écrit sur la soirée électorale, car j’étais dans ma chambre en train de finir mes devoirs. J’ai beaucoup regretté de ne pas être dans la rue, ou dans un bar, où la ville entière fêtait ça. Cerise sur le gâteau, j’ai loupé le discours d’investiture car j’étais dans le métro pour aller à l’école. L’université organisait pour l’occasion une séance de visionnage dans le lobby principal, avec distribution gratuite de café et du biscuit ! Je n’ai vu personne travailler dans l’université. Mon collègue de travail était branché sur CNN toute l’après-midi. La seule immersion dans la liesse populaire est ma participation, hier soir, à un bal inaugural. Un groupe d’amis organisait un bal pour ceux qui n’avaient pas pu aller à Washington D.C. j’ai pris quelques photos, que je posterai dès que j’ai développé le film.

Comme je vous l’annonçais dans mon dernier article, j’ai eu un week-end assez artistique. Il a débuté vendredi soir à un vernissage dans la galerie Derek Eller où était exposée une nouvelle installation de Peter Caine. Je ne connaissais absolument pas d’artiste, et j’y allais totalement au pif. Je n’ai pas été déçu ! L’installation s’appelait Portable Igloo, et mettait en scène un yéti, un bonhomme de neige déguisé, un extraterrestre, un couple de chimpanzés robots, etc. j’ai pris quelques photos:

L'igloo de l'exterieur

L'igloo de l'exterieur

Et à l'interieur

Et à l'interieur

Pas de petits fours, mais un pack de Budweiser à l’entrée, dans une caisse, par terre. Beauf is the new chic. Je vais essayer de faire un vernissage ou une exposition par semaine. Si l’on considère le nombre de galeries dans Chelsea, ça ne devrait pas être un problème !

Je n’ai pas pu aller à la lecture de poésie car mon cours de français a duré plus longtemps que prévu. L’événement suivant était donc le concert de mon ami Jeremiah. Il présentait sa dernière pièce à Monkey Town (nom familier). Cette pièce est également sa thèse de maîtrise. Assez proche de la musique concrète (c’est le terme que mon ami emploie … je ne suis pas d’accord, mais je le cite!) de Steve Reich, surtout dans Different Trains, il a emprunté des dialogues à une multitude de films qui ont remporté un Oscar et les a montés en musique. Le tout était accompagné d’une vidéo est un quatuor à cordes. Le résultat, au carrefour de la musique de film et de la musique contemporaine (je sais, musique contemporaine c’est assez vague !) était assez convaincant. À la demande de mon ami, j’ai filmé la performance qu’il postera certainement sur You Tube. Ci-dessous, la vidéo d’une de ces pièces précédentes, un au revoir prématuré à George W. Bush (Georges Dalloz Ubu touche … ah … la poesie des ordinateurs):

Je n’ai pas assisté non plus au deuxième concert que j’avais prévu, Gretchen était malade et nous sommes restés chez moi à regarder des films sur Internet. Je me suis abonné à Netflix, un site de location de DVD par correspondance. Pour environ neuf dollars par mois, je peux louer ou visionner autant de films que je veux. Leur catalogue est assez impressionnant, et 12 000 titres sont visionables directement sur le site. Dès que j’ai fini de regarder un film, je le leur renvoie dans l’enveloppe prepayée. Je commence par la nouvelle vague, avant de m’attaquer aux réalisateurs italiens et japonais …

Voilà pour aujourd’hui. Comme le comme vous le voyez, on vit très bien en dessous de zéro Celsius !

À bientôt,

Thomas

Une bonne année 2009 a tous.
Je suis gentiment de retour sur ce blog. Je vais écrire moins mais plus souvent (mon dernier post semble dater du siècle dernier). Mes mains (toujours douloureuses) apprécieront et peut-être même vous aussi.
Je suis en vacances pour une douzaine de jours encore et si je ne dors pas trop, je vais essayer de faire des choses excitantes dont je vais pouvoir vous parler. Je me suis prévu un vernissage, une lecture de poésie et un (voire deux) concert ce weekend. Si avec ça je n’ai pas quelque chose d’intéressant a vous raconter, je quitte New York et m’installe a Menetou-Salon!

Dans l’attente, encore et toujours de la musique. Du post-rock:

Explosions in the Sky « Welcome, Ghosts »

A bientôt,

T

Je viens de passer un moment étrange à regarder (une brève) partie du journal télévisé du jour de ma naissance! J’ai pu découvrir qu’une famille française a touché les APL pour la première fois ce jour-là!

Pour votre retransmission perso:

http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=jn

Evitez la crise … réduisez vos besoins!

T

Il semblerait que je ne me couche pas a 2h du matin ce soir, je prends donc un moment pour blogger. Je ne suis pas aussi présent que je le voudrais, et c’est en partie du a mon Dragon (fabuleux logiciel de dictée) qui a décidé de me planter. Aouch. Retour au clavier.

Mes dernières semaines sont passées vite, à profiter de mes parents, à étudier beaucoup et composer. Il me reste un tiers du dernier mouvement de ma « suite orchestrale » à finir pour vendredi. Ça devrait le faire.

J’ai commence a travailler sur la lecture que je dois donner à Hunter en guise d’introduction au dernier opéra de John Adams: « Dr Atomic« . L’opéra traite des derniers jours avant le premier test de la bombe atomique en juillet 1945 à Los Alamos (le Trinity Test). Le personnage central est bien sûr Robert Oppenheimer. L’enseignante qui anime la classe dans laquelle je dois intervenir m’a obtenu un billet pour une lecture-débat ce lundi en presence du compositeur. Mon amie Sarah qui travaille pour Boosey and Hawkes, l’éditeur d’Adams me l’a présenté. Il y a quelques mois c’était Steve Reich … sympa Sarah! C’est un homme chaleureux, accessible, incroyablement cultivé, drôle, avec une fibre morale exceptionnelle. Ah, comme on a besoin de gens comme lui aujourd’hui …

Enfin, pour clore le chapitre Adams, mon pote Roy m’a eu une place pour la générale de l’opéra demain matin au MET! Je vais donc le voir gratuitement! Pour ceux qui ne connaissent pas Adams, c’est l’un des compositeurs contemporains les plus respectés aux US (et dans le reste du monde – il a notamment composé Nixon in China). D’obédience (presque) minimaliste, il a transcendé le style pour trouver une voie unique. C’est l’un des meilleurs compositeurs contemporains de « la voix », à mon sens.


John Adams – Doctor Atomic: « Batter My Heart »
De Nederlandse Opera
Muziektheater, Amsterdam, Juin 2007

A part ça, mon projet d’opéra n’a pas obtenu le financement escompte, même si le département Musique m’encourage vivement a en poursuivre l’écriture. Il y a des chances que je me garde le projet sous le coude pour le transformer en ma Thèse de Master. Dans l’attente, il y a de fortes chances que j’écrive un cycle de melodies pour mon ami contre-tenor.

Egalement à suivre, un court métrage pour lequel je devrais signer la partition … c’est tout chaud … c’est d’aujourd’hui. Il faut que je rencontre l’auteur/rea + producteur (les gens avec lesquels j’avais travaillé l’an dernier  sur Immortality).

Voilà pour des nouvelles brèves. Je vais essayer de me reposer un peu. Je dois finir ma pièce demain. Le plus dur va certainement de lui donner un titre!

A bientôt,

T

PS: « Adieu mégaphones, adieux calicots,
Adieu représentants syndicaux!
A moi le soleil et le calypso,
L’ananas, la noix de coco
. »

Alain Souchon

Bonjour !

Officiellement deux mois sont passés depuis mon dernier article. Et bien sûr, beaucoup de choses se sont passées pendant ces deux mois. La plus importante est certainement mon concert de Monkey Town, qui a remporté un vif succès. Tous les morceaux sont désormais disponibles sur mon site, dans la rubrique musique.

Concert a Monkey Town

Concert a Monkey Town

Je mets tout de même un lien sur ce blog vers deux des morceaux :

« They won’t like it anyway »

« The delicate art of picking strawberries »

Je n’ai pas grand-chose de plus à raconter sur cet été, car j’en ai passé la plus grande partie dans ma chambre à écrire de la musique.

Plus récemment, j’ai repris les cours. Je suis désormais en master, et cela fait une grande différence. En effet, il y a beaucoup plus de temps de préparation pour les classes, beaucoup plus d’articles à lire, beaucoup plus de pièces à étudier. J’essaie encore de m’adapter à ce nouveau rythme. Pour corser un petit peu les choses, j’ai déjà de nouveaux projets musicaux en cours. Le premier, assez ambitieux, est d’écrire un opéra en un acte. J’ai passé beaucoup de temps cet été avec un de mes professeurs qui me sert un peu de mentor. Nous avons parlé de la difficulté à trouver un public lorsque l’on écrit de la musique instrumentale. Il m’a donc vivement conseillé de m’essayer à la musique vocale. J’avais bien sûr déjà écrit des chansons, mais mettre du texte en musique dans un contexte classique est quelque chose de nouveau pour moi. J’ai tout d’abord pensé à mettre de la poésie en musique, mais je ne connais pas assez la poésie en langue anglaise. L’idée d’adapter une pièce a donc rapidement germé, et il n’y avait donc qu’un pas à franchir pour penser à l’opéra. J’ai déjà trouvé une pièce libre de droits, et j’ai déjà commencé à travailler sur le libretto. Je suis en train de faire de demande pour obtenir des fonds sur le campus, et j’espère bien pouvoir produire une représentation fin avril. Je vous donnerai plus d’informations sur ce blog à mesure que les choses avancent.

Le second projet musical est assez récent. En effet, j’ai reçu un mail de mon prof de composition ce mercredi, qui proposait à une poignée d’élèves d’écrire une pièce de deux à sept minutes pour l’orchestre de l’université. J’ai immédiatement sauté sur ma chaise et répondu oui. Bien sûr, c’est assez effrayant, car c’est la première fois que j’écris pour autant d’instruments : 35 au total. Autre détail marrant, c’est qu’il faut que je soumette ma pièce (partition plus parties de l’orchestre) pour le 10 octobre ! les semaines à venir vont donc être assez changées.

Également, ce soir, mes parents arrivent à New York pour 10 jours. C’est la deuxième fois qu’ils viennent ici, et cela fait plus d’un an que je ne les ai pas vus. J’ai réussi à poser des congés au travail, et je vais jongler un petit peu avec les cours (ceux que je donne, et ceux que je reçois).Gretchen et moi avons prévu de les mener à Woodstock, dans le chalet où nous sommes allés au mois d’avril. Le nord de l’État de New York est tellement sublime que nous voulons vraiment qu’ils voient ça.

Voilà pour les nouvelles brèves. Je m’en vais de ce pas mettre mon appartement en ordre, sinon ma mère risque bien de s’en occuper !

À très bientôt,

Ne mettez pas votre argent en bourse !

Thomas

Allez, en extra:

« Paranoid android » Radiohead/Arr. Thomas Deneuville

Mêmes si mes mains vont relativement mieux, le temps me manque pour écrire autant que je voudrais dans mon blog. Aujourd’hui c’est mon anniversaire, alors je m’offre un moment pour le mettre à jour.

Le dernier événement en date dont j’aimerais parler, a eu lieu vendredi dernier. La veille, je me suis rendu dans une pharmacie où la gentille caissière m’a demandé : « est-ce que vous voulez des tickets pour le match des Mets demain soir ? ». Les Mets, c’est une des deux équipes de base-ball de New York, l’autre étant les yankees. Le stade des mets est situé dans le Queens, à une demi-heure de métro de chez moi. J’ai donc pris une poignée de tickets gratuits et j’ai proposé à des amis de venir avec moi. Nous étions trois au final pour une soirée dont je me souviendrai.

Le Shea Stadium est l’un des plus grands des États-Unis avec une capacité de plus de 57 000 places. Le stade et a été conçu principalement pour le base-ball mais d’autres sports peuvent y être pratiqués aussi. En outre, le stade est également connu pour le concert des Beatles en 1965.

Vous comprendrez donc que c’était très différent d’aller dans un stade de foot !

L’ambiance était très sympa, même si j’ai eu l’impression que la partie n’était qu’une excuse pour manger et boire. De nombreux vendeurs ambulants parcourant les allées avec leurs marchandises sur la tête. Bien sûr, c’est hors de prix : Hot Dog à cinq dollars, Coca à quatre dollars, etc. une partie moyenne dure environ deux heures 45 minutes, ce qui laisse amplement le temps de s’empiffrer. L’ambiance était très familiale. De nombreux parents étaient accompagnés de leurs enfants. Le truc ultime pour les gamins du coin, c’est de venir au stade avec son gant de base-ball pour essayer d’attraper la balle au vol en cas de Home Run (lorsque le batteur renvoie la balle hors des limites du terrain, dans le public). On ne peut pas dire qu’il se passe beaucoup de choses pendant une partie de base-ball. En effet, à l’issue de trois heures de match le score n’était que de deux à un ! Bien évidemment, les médias et la publicité sont très présents sur le stade et ce qui m’a le plus marqué, ce sont les gens chargés de distribuer des tee-shirt Pepsi. À l’échelle d’un stade comme celui-ci, on ne peut pas se permettre d’envoyer des tee-shirts à la main, ils sont donc équipés de canons à tee-shirt qui les envoient jusqu’au second gradin !

La mascotte des Mets et une jeune femme qui shoote des Tshirs a droite

Les règles m’étaient déjà familières, mais en discutant avec Gretchen et Jason j’ai beaucoup appris.

Le lendemain, j’avais décidé de prendre une bonne dose d’exotisme. Je ne bois pas, je ne fume pas mais je me shoote à l’exotisme ! J’avais proposé à une amie de me joindre et nous sommes allés ensemble à Jackson Heights, ce que les gens appellent Little India dans le Queens.

Nous avons commencé notre périple un restaurant pakistanais très célèbre pour ses pâtisseries. La nourriture y était également très bonne. En fin de repas, Gretchen nous a rejoint et nous nous sommes dirigés vers le coeur du quartier, la 74e rue. Le quartier propose tout ce que l’on pourrait espérer : un cinéma spécialisé dans les films Bollywood, des magasins de saris, des supermarchés, une librairie, des disquaires, etc.

J’en ai profité pour faire mon stock de savon préféré : Chandrika ! J’ai également trouvé des livres sur le panjabi qui sont publiés en Inde, donc sans ISBN et donc introuvables sur Amazon !

Également en vrac, j’ai une nouvelle colocataire française qui est danseuse professionnelle. Sa spécialité est la danse du ventre qu’elle métisse de hip hop et d’autres influences. Je suis sûr que ça va être très sympa de vivre avec elle au quotidien. Plus d’infos sur: http://www.anasmadance.com/indexfr.html

Voila pour ces quelques nouvelles. Ce soir nous fêtons mon anniversaire dans prospect Park dans Brooklyn. Mon ancienne colloc y joue le sacre du printemps de Stravinsky accompagnée par un DJ! Je vais faire des crêpes pour l’occasion et je ne manquerai pas de prendre également des photos. Bientôt sur mon blog…

bon week-end!

Thomas